Madame Sophie Cluzel, Secrétaire D’état auprès du Premier Ministre, chargée des Personnes Handicapées, vous avez déclaré récemment, concernant la demande légitime d’augmentation de l’Allocation aux Adultes Handicapés : « porter une attention particulière à la manière dont ce revenu de remplacement s’articule avec les revenus d’activités car « il ne s’agirait pas ne de créer avec cette mesure une « trappe à inactivité » et exclusion, alors même que nous souhaitons construire une société inclusive qui fasse pleinement sa place à l’ensemble de ses membres » ».

 

Si vos propos non pas été déformés, s’il n’y a ni erreur ni omission dans cette phrase, alors permettez-moi de vous dire que ces propos sont choquants, pour toutes les personnes handicapées de France.

Lors de votre arrivée au Gouvernement, une lueur d’espoir a pu prendre vie, dans l’esprit de la majorité des personnes handicapées. En effet votre situation de maman d’une enfant handicapée, nous a permis de croire qu’enfin une personne concernée par le handicap, pourrait nous entendre, nous écouter et nous représenter.

Mais de tels propos, véhiculent des clichés de « l’handicapé fainéant », profitant de la société !

 

Comment peut-on émettre l’idée qu’une personne handicapée puisse jouer de ce fait pour ne pas travailler et vivre au crochet de la société, pour user et abuser de ces « généreuses allocations ». Ceci est dégradant !

Je ne sais si vous avez connu le parcours du combattant pour être reconnu handicapé par les services de la MPDH et/ou de la CPAM, mais probablement qu’avec votre vie confortable les démarches sont simplifiées.

J’aimerais vous apprendre, si vous ne le savez déjà, les difficultés rencontrées par des millions de personnes handicapées, tous les jours dans notre « beau pays », pour faire reconnaitre leur état.

 

Sans parler de l’errance médicale, qui amènent les personnes à consulter pendant des années avant d’avoir un diagnostic. Ces personnes doivent encore ensuite, prouver qu’elles sont bien handicapées. Elles doivent, telles des accusées, se justifier, apporter les très nombreuses preuves de leur handicap, et de leur bonne foi, devant des médecins conseils et des collèges de médecins.

Et malgré des dossiers d’une épaisseur incommensurable, malgré des certificats de différents spécialistes, malgré la preuve physique de leur handicap, nombreux sont ceux qui ne sont pas reconnus comme tel de nos jours, et doivent continuer à se battre des années et des années encore.

 

Alors, vous penser que si l’AAH était augmentée de manière significative, du moins significative pour vous, car 100€ n’est pas significatif lorsque vous avez un handicap, qui alourdit énormément votre budget. Mais là est une autre question.

Pour vous, cela créerait une niche de fainéant, de profiteur, d’assisté, de personnes qui préféreraient toucher cette allocation plutôt que d’aller travailler. Sachez que la totalité, je n’ai pas peur de le dire la TOTALITÉ des personnes handicapées, seraient ravies de pouvoir travailler et d’avoir une vie « normale ».

Des personnes qui vivent au crochet de la société, il en existe ne nous leurrons pas, mais ne faites pas le jeu des bien-pensants, qui sans vergogne mettent tout le monde dans le même bateau.

 

Le handicap n’est JAMAIS choisi, et la fainéantise n’est pas un handicap.

 

Je me permets par ailleurs, de vous rappeler ici la définition du handicap selon le gouvernement français : Code de l’action sociale et des familles Article L114 : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

 

Vous pensez, que par le biais de truchement, en grugeant ou je ne sais quoi, une personne malveillante pourrait vouloir se faire passer pour handicapé ? Tout est possible !

Mais croyez-vous honnêtement qu’il serait envisageable, que cette personne passe entre les mailles du filet, ou plutôt au travers de ce BROYAGE administratif et médical ?

Nous handicapés, attendons des années avant d’être reconnu, et c’est d’ailleurs une autre injustice.

Pensez-vous réellement, qu’une personne oserait se lancer volontairement dans ces démarches usantes, seulement pour éviter d’aller travailler. Si cela arrive, c’est qu’elle ne sait pas où elle met les pieds, et je lui souhaite bien du courage, car tous les handicapés ayant eu à traverser cette épreuve, ont perdu plus qu’ils n’ont gagné. On laisse le peu de santé qu’il nous reste, à se battre contre des moulins à vents. On y laisse des plumes et si ce n’était que des plumes. PERSONNE ne sort indemne de ce périple.

 

Je suis outrée et choquée, vous ne vous êtes probablement jamais heurtée aux murs inébranlables que sont les administrations gérants les maladies et handicaps. Je considère qu’il s’agit d’une véritable maltraitance administrative.

 

Peut-être considérez-vous qu’il y a trop de personnes handicapées, et qu’elles coûtent trop cher à la société. Moi, je vous demande aujourd’hui, que faire ? D’autres, en d’autres temps, pas si lointain, avaient trouvé des solutions …

 

Offrir une aumône de 100€ supplémentaires par mois, pour un total de 910€, cela représente pour vous une allocation décente ? Le seuil de pauvreté est estimé aujourd’hui, à 1 008€ par personne, et vous avez l’audace de penser que la décence, c’est qu’une personne handicapée doive vivre en dessous de ce seuil. C’est dégradant !

Et qu’en est-il des personnes en couples, qui ne perçoivent rien, et font malgré elles peser le coût du handicap sur les épaules de leur conjoint(e). Oui c’est bien connu que lorsque l’on est en couple, le handicap disparait comme par magie !

 

« Mais bon c’est vrai après tout, nous les handicapés, on ne « fait pas d’efforts » et il faudrait nous aider à vivre ? N’avons-nous pas honte, d’être un tel fardeau pour notre société ???  »

 

Aux yeux de notre nation, nous devrions vivre reclus, cachés à l’abri des regards indiscrets, car là est également le problème, vous ne répondez pas aux demandes des personnes handicapées, qu’est la reconnaissance de leur état.

Vous ne pouvez pas répondre à la demande de revalorisation de l’AAH, par une simple augmentation, sans plus en dire que de diffuser cette image, d’une niche pour inactifs désœuvrés abusant des « largesses » de l’état.

Il faut par vos propos, aidez le reste de la population à changer son regard vis-à-vis du handicap, en n’oubliant pas qu’il existe autant de handicaps qu’il y a de personnes handicapées, et en faisant comprendre que chacun a le droit de vivre dans la dignité ; et que malheureusement tout le monde peut un jour être concerné directement ou indirectement.

 

Le handicap tous concernés, n’est-ce pas le slogan du gouvernement ?

 

 

Publicités